TREPALIUM « From The Ground », par Alexis Cro-Mags

TREPALIUM revient à son public après quelques années de semi-disette discographique, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce retour s’impose d’ores et déjà comme un événement majeur de l’année puisque, en plus d’offrir de nouveaux titres, le groupe présente son talentueux nouveau chanteur par le biais de ce From The Ground déjà disponible depuis quelques jours. Un nouveau vocaliste certes, mais pas un novice non plus, puisqu’il s’agit de Renato Di Folco, lequel fait également office de chanteur d’exception au sein des fabuleux FLAYED, dont le registre n’est cependant pas tout à fait similaire à celui de TREPALIUM. Fort d’une bonne vingtaine d’années d’existence, ce dernier, passé d’un metal tendance extrême de très haute tenue, technique sans jamais être redondant, a le plus souvent évolué dans un registre brutal, sans concession et radical, baigné d’une voix saturée mais dont se dégageait tout de même un élément que peu de formations sont à même de proposer, un groove inimitable. Ainsi, pour saluer l’arrivée de son nouveau chanteur, dont l’étendue vocale à 360° est ici sublimée, portée par une aisance rythmique et technique permettant une assise vocale des plus confortables, TREPALIUM a décidé de pousser son curseur plus avant en prospectant l’ensemble des éléments qu’il lui était possible de dénicher en matière de groove, délaissant quelque peu la brutalité pure de ses premières réalisations afin de recentrer son ouvrage sur Di Folco, lequel éblouit d’une classe folle cette musique renversante et semble désormais s’imposer en véritable épine dorsale du groupe. Cet album offre donc de très, très belles nouvelles compositions de metal, un peu death, pas mal jazz, complètement swing, semblant avoir été pensées avec comme ossature centrale cette extraordinaire polyvalence vocale, délicieusement jubilatoire. Tout y demeure bien réfléchi, extrêmement bien pesé, avec juste ce qu’il faut d’évolution pour ne pas froisser les fans de la première heure, sans pour autant s’imposer à lui-même un surplace technique et artistique dont il pourrait à terme se lasser. Viscéralement irrésistible, From The Ground étonne tout de même par sa courte durée, sept titres pour une vingtaine de minutes. C’est peu mais terriblement excitant et sacrément bien agencé, efficace, entêtant – dans le bon sens du terme – groovy, voire carrément dansant. C’en serait presque décourageant pour les autres groupes tant TREPALIUM maîtrise son sujet comme un impressionniste celui des ombres fugaces subrepticement esquissées au fusain. Combien de groupes sont à même d’offrir une telle évolution de leur oeuvre avec tant de maestria, sans jamais renier sa vision artistique d’aucune compromission, ne balayant pas ses fondamentaux d’un revers de la main, mais possédant cette capacité d’adaptation avec, par-dessus tout, cette volonté innée de ne surtout pas stagner ? Beaucoup s’y sont essayés, nombreux s’y sont cassés les dents. Certains ont carrément disparu corps et âme, tandis que d’autres ont collé à la « hype » du moment – ceux-là sont d’ailleurs les plus nombreux ; aucune dénonciation, chacun(e) élaborera son propre petit listing d’artistes. TREPALIUM, lui, n’a cure de toute forme de considération stérile. Il avance sereinement et s’octroie à la seule force de ses convictions autant qu’à celle de sa passion sacerdotale, le privilège de s’accorder une place rayonnante lui permettant d’intégrer la caste tant convoitée de groupe culte, et ce de son vivant. Ce qui n’est pas si fréquent, convenons-en. TREPALIUM reste unique et n’appartient à personne ; qu’il le reste pour le bonheur des petits et des grands. Un album bienheureux et totalement envoûtant.

From The Ground disponible à l’achat sur le label Season Of Mist

Liste des titres

1 – From The Ground

2 – Twins Brawl

3 – Secretly Depressed

4 – Aimless Path (Pt.1)

5 – …To The Sun

6 – Feelin’ Cold

7 – Everything Is Supposed To Be Ok

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.