XENTRIX « Bury The Pain »

23 ans après un Scourge bien faiblard, revoici XENTRIX qui vient taper la mesure sur nos platines au son d’un Bury The Pain débarquant dans les bacs le 7 juin prochain. Un petit événement en soi, d’une part parce que le groupe a fait partie des seconds couteaux parmi lesquels beaucoup voyaient en lui un potentiel outsider aux mastodontes du genre à la sortie du très estimé Shattered Existence (1989) et du quasi devenu culte For Whose Advantage ? (1990), d’autre part parce que les formations de thrash metal britanniques ne sont pas légions, à l’exception notable de SABBAT mais aussi et surtout des cultissimes ONSLAUGHT, toujours en activité, EVILE n’arrivant que bien plus tard au sein de la maigre histoire du style « made in outre-Manche ». Toujours mené de front par l’infatigable guitariste Kristian Havard, XENTRIX a une nouvelle fois renouvelé la quasi totalité de son effectif, à l’exception notable du batteur Dennis Gasser, présent lui-aussi depuis le premier album de 1989. De nouveau resserré à quatre membres, le groupe offre sur ce nouvel album un condensé de thrash tel qu’il le pratiquait à ses débuts, à savoir une musique coup de poing très influencée par le géant TESTAMENT. A ce titre, le nouveau vocaliste Jay Walsh – qui s’occupe également de la six-corde aux côtés de Havard, ne déroge pas à la règle de base de XENTRIX : tenter de s’approcher au plus près des vocalises du Chuck Billy des années The Legacy et The New Order. Pas désagréable du tout, mais après une attente aussi longue et un tel remaniement de personnel, sans doute eut-il été plus judicieux de coller un peu plus au présent sans tenter de singer une nouvelle fois le gang de San-Fransisco. Pourtant, il faut bien reconnaître que XENTRIX, s’il n’a de nouveau pas inventé le fil à couper l’eau chaude, sait y faire pour pondre de jolies torpilles thrash le temps de ce nouvel album dans l’ensemble assez up-tempo. Là où For Whose Advantage ? lorgnait davantage vers un heavy/thrash, ce nouvel album marque les esprits par des titres bien plus rapides que de coutume. Attention, le groupe sait aussi se faire plus heavy et mid-tempo le long de titres extrêmement bien exécutés, dont la production puissante et aérée ne fait que renforcer cette sensation de sévérité maîtrisée. Les guitares se taillent évidemment une belle part du gâteau anglais, les rythmiques signées par la paire Havard/Walsh envoyant de sacrés riffs acérés par de jolis coups de poignet « à l’ancienne » que ne renieraient pas… Alex Skolnick et Eric Peterson (TESTAMENT). Alors bien sûr, vous vous demandez pourquoi perdre son temps à écouter un groupe semblant cloner à ce point l’un des meilleurs groupes de thrash en activité tandis qu’il serait nettement plus sain d’écouter l’original plutôt que la copie. La réponse est simple : XENTRIX fait du thrash old school et le fait bien, quand bien même il semble s’approprier la signature artistique de TESTAMENT plus souvent qu’à son tour. Il pratique son art avec une passion jamais démentie malgré une décennie des nineties voyant le groupe sombrer peu à peu dans l’oubli par manque d’inspiration et de motivation. Tout ceci est entendu, mais à bien y réfléchir, pour un seul SLAYER, combien de copies aussi insipides qu’inutiles ? Pour un AC/DC, combien de formations calquées sur la bande à Angus Young, AIRBOURNE en tête ? Par décence, jetons un voile pudique sur le nombre de groupes se réclamant de METALLICA. Laissez donc une chance à ce Bury The Pain vraiment très réussi dans son genre, même si en effet, la nouveauté ne se trouvera pas sous le sabot de Kristian Havard. Mais dans le fond, le souhaite-t-il vraiment ? Pas certain. Le guitariste n’a semble-t-il pas d’autre ambition que celle de se faire plaisir en proposant sa vision de ce que doit être le thrash metal dans sa tradition anglo-saxonne. Qui oserait lui jeter la pierre ?

Bury The Pain disponible dès le 7 juin via le shop de Listenable Records

Liste des titres

1 – Bury The Pain

2 – There Will Be Consequences

3 – Bleeding Out

4 – The Truth Lies Buried

5 – Let The World Burn

6 – The Red Mist Descends

7 – World Of Mouth

8 – Deathless And Divine

9 – The One You Fear

10 – Evil By Design

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.