PRESS GANG METROPOL « Point Blank »

PRESS GANG METROPOL. Derrière ce nom un peu étrange se cache l’un des derniers frissons musicaux découverts récemment par votre bien humble serviteur. Pourtant fondé dès 2006 et auteur de plusieurs sorties remarquées, dont un premier album Checkpoint paru en 2012, la formation niçoise propose depuis quelques jours un second opus baptisé Point Blank, sur lequel les ingrédients demeurent globalement identiques à ceux de la première sortie, à la différence notable qu’en 2019, un assombrissement prononcé du propos est sorti du ventre de la bête. Pas que Checkpoint laissait entrevoir une séance de stage diving sauvage à la FISHBONE, mais Point Blank appuie nettement sur la pédale du spleen bienheureux, celui qui plonge dans un état de mélancolie puisée au tréfonds du métabolisme. Si la conception des chansons de PRESS GANG METROPOL s’articule bien souvent autour de la basse à l’omniprésence aussi hypnotique que redoutable de Christophe Baudrion, l’enchevêtrement des pistes de guitare dans leur plus simple appareil entrouvre quant à lui une porte sur un horizon plus dépouillé, davantage emprunt d’une poésie cathartique, un aspect moins tangible sur le premier album dont l’influence parfois très prononcée de David Bowie n’est sans doute pas étrangère à ce constat. Bien sûr, certains ne manqueront pas de déceler dans la musique du groupe ses plus évidentes influences, à commencer par THE CURE dont le son de basse directement emprunté à celui de Simon Gallup est aussi jouissif qu’une carie à soigner pour un dentiste. Le sensibilité du nouveau vocaliste Sébastien Bernard offre un aspect bien plus épais, délaissant quelque peu les intonations « à la Bowie » de son prédécesseur au profit d’une voix davantage ancrée dans la profondeur, la gravité. Nick Holmes (PARADISE LOST) ou Dave Gahan (DEPECHE MODE) ne sont pas très loin. Il s’en dégage une assise vocale plus sûre et fluide, en parfaite adéquation avec la musique glaciale concoctée pour ce Point Blank. Paradoxalement, la musique de PRESS GANG METROPOL, si elle semble avoir gagné en maturité de par son approche épurée ce qu’elle a perdu en candeur – voire en une certaine forme de naïveté juvénile, offre une richesse qui poussera l’auditeur à puiser dans ses ressources pour en toucher le substrat du bout des doigts. L’oeuvre proposée ne livrera sans doute pas toute sa diversité et sa richesse lors des premières écoutes. Elle suppose un apprivoisement pour enfin en livrer son essence. La musique de Point Blank ne se donne pas comme une fille facile. Elle se mérite. Cet amalgame entre un rock sombre, une new wave directement empruntée aux earlies 80’s et des sonorités plus récentes atteste de la richesse de l’album proposé par le groupe. Les amateurs de JOY DIVISION – et par extension NEW ORDER, THE CURE, ou SIOUXIES AND THE BANSHEES devraient pouvoir se retrouver autour du feu avec ceux de PARADISE LOST, notamment de la période One Second / Host, ou NINE INCH NAILS auxquels j’ajouterai bien volontiers ceux de XTC, DEPECHE MODE ou LORDS OF THE NEW CHURCH. S’il est un seul reproche que l’on peut éventuellement faire valoir auprès du groupe, c’est sans doute celui de ne pas varier suffisamment ses tempi avec pour conséquence de ne pas fouiller avec davantage de profondeur ses ambiances lorsque celles-ci pourraient sans nul doute délivrer une palette de couleurs d’autant plus riche que le genre pratiqué par PRESS GANG METROPOL s’y prête extrêmement bien. Rien de bien grave en somme, le moment passé à écouter cet album n’est pas perdu, bien au contraire. Voici donc un disque aux vertus florissantes dont il est bien difficile de ne pas avouer, et sans aucune torture, qu’il compte parmi les sorties les plus réussies de ce premier semestre de l’année. Foncez !

Album disponible via ce lien

Liste des titres

1 – Empty Playground

2 – Outshined

3 – Stalemate

4 – Orphans

5 – MMT

6 – Eternally

7 – Diva

8 – Sovereign

9 – The Place You Own

10 – Unraveling

11 – Vertigo

12 – With Our Love

Share Button

PARAD1GM « Parad1gm »

Fondé en 2015 en région parisienne, PARAD1GM présente son premier album éponyme – à paraître le 8 mars 2019 – aux yeux et à la face du pays avec la ferme intention de laisser une empreinte aussi profonde que possible dans le paysage musical français. Le trio Julien Derivière (batterie)/AlukardX (guitares)/Farès Tamzini (chant), issu du groupe SPIRITED, est le ciment de la formation à laquelle s’est rapidement joint Matthieu Marchand, en charge des claviers et de la programmation. Un équation qui va se révéler prometteuse lorsque le groupe étoffera ses compositions purement metal d’ambiances plus fouillées, nuancées, aussi sombres que parfois suaves, bien aidées par l’apport des nombreux samples orchestrés par Matthieu et son background électro. Récemment rejoint par Betov à la basse, dont on vient d’apprendre le frais départ des vétérans d’ADX au sein desquels il tenait la guitare depuis les origines du groupe, PARAD1GM propose ainsi ce premier album finement enregistré et mixé par Alexandre Beucler tandis que le mastering s’est vu confié à Brett Caldas-Lima. Si le groupe propose une musique fortement imprégnée de l’essence d’un PARADISE LOST des grands jours, il serait bien injuste de cantonner PARAD1GM à cet enclos. Certes, la musique du groupe originaire de Halifax (Royaume-Uni) a fort probablement tourné longuement dans le lecteur cd de chacun des membres du groupe – notamment celle de la glorieuse période des 90’s, soit une fourchette comprise entre les albums Icon (1993) et Host (1999) inclus – mais il n’en oublie pas d’imposer sa griffe au travers de quelques subtilités bien senties. Certains arrangements, en plus d’être atmosphériques, n’en restent pas moins globalement chiadés et profonds tandis que certaines chansons font montre d’une approche (un peu) plus industrielle, ces derniers ajoutant une touche robotique parfois proche d’un MINISTRY vraiment très plaisante (« Reason », et son magnifique refrain). Le chanteur du groupe Farès, s’il n’est pas sans rappeler lui non plus le Nick Holmes (PARADISE LOST) de la période Draconian Times (1995) et peut-être davantage encore One Second (1997), impose par sa maîtrise vocale du désarroi et de l’exaltation du sinistre, une osmose entre obscurité insurmontable et persiennes émotionnelles aveuglantes. Un juste équilibre d’où s’extirpe délicatement le temps d’un titre (« Qalbik ») quelques mots d’arabe dont il est bien difficile de ne pas y voir un vecteur d’ouverture vers une nouvelle exploration tant musicale que culturelle, PARAD1GM semblant enrichir son metal, pourtant dénué d’optimisme, de nouveaux horizons. Du travail d’orfèvre qui, s’il est exécuté de bien belle manière, ne souffre d’aucun réel temps mort malgré quelques petites longueurs sans gravité. Certains titres gagneraient sans doute en intensité et dramaturgie s’ils n’étaient pas étirés jusqu’à la satiété – même si le mot « satiété » paraît un brin trop prononcé, convenons-en. La concision a parfois du bon. Autre aspect, la musique de PARAD1GM n’enfonce peut-être pas suffisamment la pédale de ses intentions. La linéarité des tempi devient parfois source de frustration, à tel point que l’on se surprend en tant qu’auditeur à souhaiter un ralentissement presque doom qui accentuerait une sensation de suffocation ou au contraire quelques passages au tempo plus enlevé, seul le sus-nommé « Qalbik » bénéficiant partiellement d’un tel traitement, sauf en quelques rares exceptions. L’impression est donnée que le groupe semble ne pas aller au bout de ses idées, dont on devine pourtant la riche source, bien loin d’être tarie. PARAD1GM gagnerait en noirceur à chasser toute velléité de son discours artistique en parvenant à dépasser réellement ses propres doutes, quitte à déstabiliser l’auditeur, à l’extraire de sa zone de confort.

Malgré ces quelques remarques loin d’être inhospitalières – bien au contraire, nous voici face à un premier album vraiment très plaisant, plein de candeur et d’envie, au sein duquel se mêlent passages progressifs, voix parfois doublées pour un rendu du plus bel effet et de fort belles parties de guitares (« From the other side » doté d’un solo archi mélodique divinement exécuté) et un son de basse rondement mené. Non, vraiment très agréable. Seule la plage instrumentale et bien nommée « Host » (un clin d’oeil ?) tombe un peu comme un cheveux sur la soupe à mi-parcours, bien qu’elle se doit d’être considérée comme introduction au titre suivant, le captivant « Haunted » et ses 7’52 de mystère sonore, envoûtant, duquel les parois semi-perméables des instruments et des machines finissent par laisser échapper leur fluide respectif pour une fusion toute en symbiose appelée « orgasme auditif ». « Host » et « Haunted » sont d’ailleurs immédiatement suivis de « Haven », lequel complète ce triptyque nommé « Trip ». Le triple « h » d’un refuge aussi paradisiaque que fantomatique. L’ombre du DEPECHE MODE des jours glorieux plane parfois au-dessus de la musique de PARAD1GM, de même que celle de BABYLON ZOO, notamment dans le placement de certaines parties vocales entremêlées aux samples. Ceci étant précisé, ne vous méprenez pas. Malgré le nombre de références musicales que cette bien modeste chronique énumère telle une litanie, PARAD1GM dispose d’une vraie personnalité, attachante, doublée d’une aura singulière. Le fait d’être face à un premier album permet simplement de situer de manière plus éloquente la musique du groupe mais il n’est point question de l’enfermer dans le pré carré d’un ersatz des groupes sus-nommés. PARAD1GM mérite bien plus que de l’intérêt ou de la curiosité. Il est doué d’un savoir-faire propre et surprenant. Affaire à suivre dès le 8 mars dans les bacs et l’on espère sur scène en promotion de cet album réussi.

Liste des titres

1 – Scars of life

2 – Reason

3 – Qalbik

4 – Buried

5 – From the other side

6 – Black Feather

7 – Host

8 – Haunted

9 – Haven

10 – Burden

Page Facebook de PARAD1GM

Share Button