Happy DeathDay : Prince – Sometimes It Snows In April

Un Happy Deathday particulier aujourd’hui, premier anniversaire du décès de Prince. Je dois remonter assez loin dans le temps afin de vous conter une histoire, jolie de surcroit (du moins je l’espère), et terriblement troublante. Durant l’année scolaire 1983/1984, j’étais à me morfondre en CM1 dans une école privée catholique assez célèbre du 12ème arrondissement de Paris, Continuer la lecture de Happy DeathDay : Prince – Sometimes It Snows In April

Share Button

SOS – Rock cherche icônes !!

2016 vient de s’achever, 2017 vient à peine de commencer et mon constat est invariablement le même depuis quelques années ; où sont les prochaines icônes de notre bon vieux rock ?

Hey, réveillez-vous, sortez de votre trou, sortez basse, batterie, six cordes et vendez-nous du rêve que diable ! Continuer la lecture de SOS – Rock cherche icônes !!

Share Button

Wyld de maîtres

946dd810d812a4d979c093012f216ddf_original

Formation de la région parisienne aux multiples influences, WYLD sort ici son premier album véritable, après un « Stoned » hippie…EP de belle facture paru il y a maintenant deux ans. Trois des quatre chansons de ce premier essai figurent sur le disque qui nous intéresse aujourd’hui, éponyme. Avant même de débuter la première écoute, difficile de rester insensible à la pochette absolument somptueuse, signée Sébastien Hue, qui résume assez bien l’univers des compositions de WYLD. Un coucher de soleil magnifique sur une vallée désertique au milieu de laquelle se trouve ce qui semble être une usine sidérurgique semblable à celles ayant bercé les membres de BLACK SABBATH ou JUDAS PRIEST à Birmingham. Continuer la lecture de Wyld de maîtres

Share Button

Cupidon à l’agonie, Paul Gilbert décoche son art (La Flèche d’Or, 27 Octobre 2016)

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, un petit garçon nommé Paul eu la louable intention d’approcher une guitare. L’objet attire l’enfant mais ce dernier se trouve confronté à un problème du haut de ses cinq ans. Pensez, quelle frustration de ne jouer que des petites chansons pour enfant et autres comptines à cet âge-là avec cet incroyable don du ciel et cette facilité qui est déjà sienne. Continuer la lecture de Cupidon à l’agonie, Paul Gilbert décoche son art (La Flèche d’Or, 27 Octobre 2016)

Share Button