SPLIT BRAIN « Discours Idylliques »

Lancée en 2008, l’aventure SPLIT BRAIN synthétise au travers d’un premier album intitulé Discours Idylliques l’ensemble des efforts fournis depuis sa création, laps de temps qui l’aura vu publier trois mini-albums. Après quelques bouleversements de line-up, celui-ci parvient à se stabiliser, lui permettant par là même de se produire sur scène et de figurer désormais au catalogue du label Juste Une Trace. La musique de SPLIT BRAIN se veut être un échantillonnage de ce que le metal d’aujourd’hui propose, celui que l’on nomme « modern metal ». Doté d’une production qui sied parfaitement son propos, Discours Idylliques est suffisamment bien agencé pour ne pas lasser son auditoire, puisant sans vergogne dans le panier de ses influences sans pour autant les pasticher. Le propos musical se veut sombre et torturé, tandis que les lyrics affichent une gravité pleine de fatalisme, d’autant que ceux-ci sont chantés en français, sans doute le point faible de l’album. Si la voix de Rémi, du moins certaines de ces intonations et son phrasé, semble parfois fortement imprégnée de celle de Reuno Wangermez (LOFOFORA), l’ensemble des paroles rédigées par ses soins laisse trop souvent échapper une petite odeur vaguement similaire à celles du vocaliste de LOFOFORA, la percussion vocable en moins. Il n’est déjà pas aisé de chanter en français mais il est d’autant plus difficile de rédiger des textes profonds et inspirés tels que les élabore Wangermez. Dans le cas de SPLIT BRAIN, on assiste davantage à un exercice de style consistant à aligner des tournures de phrases se voulant bien troussées mais dont le résultat tombe le plus souvent à plat, l’utilisation parfois excessive d’oxymores et de rimes riches vraiment trop évidentes rendant l’ensemble un peu léger, presque candide. Le maniement de la langue de Molière reste une arme à double tranchant. Soit le parolier est capable de fulgurantes punchlines sur la forme et d’un véritable travail de réflexion dans le fond, à la manière d’un Bernie Bonvoisin (TRUST) ou du précité Wangermez, soit le couperet tombe et l’on se retrouve avec des lyrics enfonçant des portes ouvertes à grand renfort de figures de style maintes fois éprouvées, oxymores prévisibles, métaphores faciles et autres rimes riches dignes d’un niveau de 6ème, comme le pratique avec maestria Mouss Kelai (MASS HYSTERIA). S’agissant de SPLIT BRAIN, il lui est sans doute nécessaire de prendre un peu de hauteur et de trouver sa voie en matière de textes. Le voici pour le moment dans une position bien inconfortable d’où il devra se sortir pour enfin trouver son chemin, sa véritable personnalité et par là même son salut. Ceci étant précisé, Rémi possède un éventail de modulations des plus convaincants, capable de s’engouffrer dans les profondeurs d’un growl abyssal, d’enchaîner immédiatement avec de très légers murmures, à peine susurrés, tout en s’aventurant avec brio dans un registre nettement plus proche d’un MASS HYSTERIA. Pour le reste, la musique ne souffre d’aucun véritable désagrément. On y passe de forts jolis moments, même si l’on attend parfois que l’ensemble se soulève et se révolte véritablement par une accélération foudroyante ou un break assassin. Les accélérations ne sont pas nombreuses mais ont le mérite de renvoyer l’auditeur dans les cordes (mention spéciale à la petite speederie « Machine infaillible » qui fait un bien fou, avec son magnifique break et sa reprise survoltée). Il est difficile de ne pas reconnaître le très chouette travail des guitares pour lesquelles le rendu jaillissant des mains de Arnaud Bascuñana – au Studio 180 de Paris – permet d’offrir une écoute des plus optimales, notamment au casque. A noter d’ailleurs quelques réminiscences guitaristiques issues du death metal « à la suédoise » pas déplaisantes pour un sou. Un album vraiment agréable si ce n’est ce léger souci de textes, pour le moment le cul entre deux chaises. L’importance des choix s’avérera donc décisive à l’heure de l’élaboration du second album. A suivre de très près.

Album disponible dès le 17 mai 2019 via ce lien

Liste des titres

1 – Coulisses de la pensée

2 – Discours idylliques

3 – Caste aveuglée

4 – Corps meurtri

5 – Critique sceptique

6 – Coupables inavouables

7 – Patience latente

8 – Machine infaillible

9 – Violence gratuite

10 – La valeur d’un homme

Share Button

Une réflexion sur « SPLIT BRAIN « Discours Idylliques » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.