Coup de projecteur sur THERAPETIK by Mister D.

Coup de projecteur dans la gueule ou coup de gueule dans le projecteur ? Hum, j’sais pas !

A l’heure où l’ère médiatique est en pleine transformation, où les normes et les codes se fondent et se confondent dans le domaine du journalisme musical, nous nous retrouvons bien souvent en France avec des artistes projetés dans les médias nationaux par des influenceurs, certes discrets mais bien présents.

Toujours est-il que ce qui nous est souvent présenté dans les médias nationaux en terme de musique pue souvent soit la merde, soit la naphtaline. Nous avons donc souvent le « plaisir » de découvrir des artistes aux productions dites minimalistes, pour éviter de dire qu’elles sont bâclées… Ah les joies des éléments de langage !

Pourquoi tant de colère dès le matin ? Tout simplement parce qu’en France, au sein de la production musicale (celle qui est mis en devanture), on se retrouve avec des Jul, des Chaton et autres Eddy deux tréteaux (bien que celui-ci soit tout de même un peu mieux que Jul et consorts).

Ça me saoule un peu, beaucoup, passionnément, quand les structures de développement d’artistes s’arrachent les cheveux pour savoir comment mettre en valeur des artistes de qualité, que les attaché(e)s de presse indé se prennent les murs des radios qui ne jouent pas le jeu de la découverte musicale ou quand les Inrocks font des gorges profondes à Booba. Pourquoi ne le font-ils pas ? Tout simplement parce que les artistes mis en rotation ne sont pas en place grâce à des coups de cœur ni même à un flaire incroyable. Non non, c’est de la pure statistique ! Les titres, souvent ceux des majors disons la vérité, sont testés auprès des auditeurs via un système de sondage téléphonique. Mis en place par des « consultants » parfois même pas français eux-mêmes.

A aucun moment les directions des programmes (hormis Radio France) ne prennent de risques à placer un artiste indé, n’ayant qu’un seul album (encore pire si c’est un EP) ne jouent le rôle de « starters » (ce qui veut dire qu’elles prennent le risque de jouer des nouveaux artistes , mais des vrais, pas des Benabar bis).

A côté de ça, nous voyons souvent des projets émerger loin de la sphère médiatique. Internet a un peu rebattu les cartes, mais les médias traditionnels ne se remettent que très peu en question. De plus, avouons-le, même sur internet le jeu peut vite être tronqué à grands coups de milliers d’euros de pub, d’achats de vues et de likes par les différentes majors (pour ce qu’il en reste) qui s’en donnent d’ailleurs à cœurs joie !

Mais par chance nous avons des projets vraiment qualitatifs et il arrive parfois que les étrangers s’en rendent compte avant nous. C’est dire à quel point on est con… !

Pour le côté coup de projecteur après le coup de gueule, je vous présente Therapetik. C’est le nouveau projet hip-hop/electro à suivre de très près !

Le groupe from Toulouse n’en est pas à ses débuts avec le rappeur au flow reconnaissable parmi toute la panoplie du hip-hop français ! Antibiotik, c’est le rappeur du groupe de blues hip-hop dont vous avez forcément entendu parlé, SCARECROW, avec près de 800 concerts en moins de 7 ans, dans les plus gros festivals européens et américains.

Therapetik, du rap français, du grime, de l’électro, des influences de dingue, une technique musicale parfaite, une écriture digne des plus grand auteurs français et une production inspirée des productions américaines (en même ça serait inspiré de Chaton, ce serait vraiment la honte).

Therapetik vient de publier son premier clip vidéo, le premier d’une longue série. Plus que des clips d’illustration, ils font entièrement partie du projet. Ce sont de vrais films et putain, ça fait du bien !!

C’est riche, c’est propre, c’est bien fait et on vient de se faire niquer par les Ricains !

Pour les découvrir, c’est super facile ! Voici le premier clip,  un teaser des prochaines productions à venir !

Clairement, j’ai du mal à patienter et je demande expressément que nos deux lascars Antibiotik et Nitram Jee se dépêchent un peu !

Pour les voir sur scène, ils sont ce soir, 18 mai, au Cabaret Sauvage à Paris !

Facebook Officiel THERAPETIK

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.